15/09/2008

Erasmus Transit.



Paris Bercy et ses occupants aux accents italiens étaient à présent à 10 minutes derrière nous. Le train couchette grinçait, et mes derniers paysages de France défilaient à toute allure derrière les vitres de mon envolée vers l'Italie.
Je me sentais émue, émue de partir, et apeurée, seule, avec mes lourdes valises noires. Je n'avais pas faim, mais il était presque 20 heures, et je n'avais qu'une pinte de bière avalée à moitié dans le ventre, alors j'ai essayé de croquer un peu dans mon sandwich jambon beurre tout sec, acheté à la dernière minute dans la gare.
Tout me semblait être "une dernière fois" : dernière gorgée d'eau en France, dernier sandwich, dernier paquet de mouchoirs.
J'ai réalisé que je n'avais pas dit au revoir à beaucoup de personnes. Je n'aime pas les au revoir officiels. Et là dans le train, je commencais presque à regretter de ne pas l'avoir fait. Devant moi, le vénitien étudiant en histoire à la Sorbonne, chemise bien coupée, cheveux ébouriffés, a pris la parole, et dans la cabine tout le monde s'est mis à parler. C'est à ce moment précis que j'ai arrêté de penser à la France, en sombrant dans une discussion wagonnée.
Je me sentais bien, mais aussi très mal : complètement nulle part sur la carte, pour la première fois de ma vie. Je n'étais plus à Lille, mais pas encore à Trento. J'avais quitté Lille, mais pas encore rejoint Trento.
La France me laissait partir, alors que l'Italie ne m'avait même pas encore accueillie. J'étais en transit, dans le noir le plus complet. Ce moment passé dans le train ne sentait rien d'autre que le cuir des couchettes, le vent du dehors, le shampoing du vénitien, le jambon et le beurre. Et j'étais terrifiée.

Pix : une rue de Trento, Italie, capturée le jour de mon arrivée. grande balade avec Camille.

5 commentaires:

stef a dit…

c'est trop chouette. donne moi ton adresse italienne ?

alex a dit…

j'espère pour toi que tu te rappeleras toujours la sensation du départ pour 1 an, parce qu'elle est unique. écris la dessus, c'est un bon filon. là tu dois être en cours ?

caro a dit…

moi j'aurais aimé te dire au revoir :(

alex a dit…

au ft le vénitien gossbo c'était moi

laystary a dit…

stef < 2 piazza leonardo da vinci
38100 trento

c'est ma nouvelle adresse.

alex < je crois pas non.