27/05/2008

en rentrant chez moi,


je suis tombée sur ce poème accroché à un poteau, bourré de fautes d'orthographes, dans une écriture ronde et hésitante, ça parlait de fleurs, d'amour, de ciel, de nuages et d'herbe verte, avec un petit dessin d'Aladin et Yasmine juste en dessous. j'ai trouvé ça drôlement cliché, très enfantin et carrément touchant, ça m'a fait sourire ce petit bout de papier fébrilement accroché au milieu de nulle part, comme un affront à la rue.
mais quand j'ai voulu revenir le lire avec marie, quelqu'un l'avait décroché. je soupçonne le vent.

6 commentaires:

marie a dit…

jaurais aimé le lire avec toi!!

stef a dit…

wesh la barre!

caro a dit…

haha la grosse barre

laystary a dit…

elle t'a mis bien.

la jouz a dit…

ahahahahah :)

raphael a dit…

la barre? avoir la barre?